Le nuage vert de Alexander Sutherland Neill

Petite idée lecture pendant le confinement. De toute façon ce titre vous ne pourriez pas aller l’acheter en librairie car il n’est plus disponible depuis longtemps (éditeurs si vous m’entendez) mais si vous lisez en anglais, vous le trouverez ici :
http://thelastmanalive.tripod.com/home.html

Oui ce n’est pas un pdf et le fond est jaune mais il n’est pas bien long donc vous trouverez sûrement un moyen de remédier à ces problèmes.
Petite remarque sur la lecture il faut lire l’ensemble, les discussions à la suite de chaque chapitre font partie intégrante du texte.

Donc le nuage vert qu’est-ce que c’est ? Je veux dire en dehors du nom de votre librairie préférée. 😁
Eh bien c’est l’histoire d’une bande de gamins qui embarque avec leur prof et un de ses copains milliardaire à bord d’un dirigeable. Ils font un tour, remarquent que les nuages sont verts et quand ils retrouvent le plancher des vaches ils découvrent tout le monde est mort sauf eux. Ne vous inquiétez pas c’est très propre comme mort, pas de cadavres pleins de mouches dont il faut se débarrasser. Oui je sais je vous propose un roman post-apocalyptique en plein confinement, mais il est vraiment très drôle celui-là.
Donc tout le monde est mort sauf que pas vraiment évidemment. La petite troupe va devoir apprendre à se débrouiller pour survivre, pas franchement aidée par les deux adultes, ils vont parcourir le monde, beaucoup s’amuser et trouver d’autres survivants.
Le titre en anglais c’est : the last man alive, je n’ai pas dit que ça finissait bien.

Pour les parents de collégiens cela peut être une bonne idée pour réviser l’anglais, mais je ne garantit pas qu’ils ne décident pas ensuite de construire un robot dans leurs chambres. Je vous recommande de surveiller grille-pain et robot ménager.
Mais ce titre s’adresse vraiment à tout le monde, déjà parce que les adultes ont bien le droit de lire des livres jeunesse (je le recommande vivement) et surtout parce que Neill a tout fait pour que les adultes apprécient cette lecture avec des traits d’humour qui s’adressent parfois plus à eux qu’aux jeunes lecteurs.

Délius, une chanson d’été de Sabrina Calvo

Une tasse de thé, une fleur aux propriétés particulières et des notes de musique qui semblent venues de nulle part, vous voici probablement entré dans l’univers de « Délius, une chanson d’été ».

Dans le très beau roman de Sabrina Calvo nous suivons Lacejambe, un botaniste farfelu et son acolyte Fenby, un elficologue hanté par sa rencontre avec des fées. Tous deux enquêtent sur une série de meurtres perpétrés par le Fleuriste sorte de « jack l’éventreur » aux rituels floraux et nous entraînent à travers le monde et jusqu’au pays des fées.
Au cours du récit nous croiserons entre autre une milice éclectique, un compositeur exalté, un auteur de roman policier bien connu ainsi qu’un enfant qui parle aux mouettes, le tout dans une délicieuse ambiance victorienne.
Dans ce joyeux mélange parfois sombre, souvent lumineux se mêle l’absurde, l’humour et le merveilleux.

Délius est un magnifique moment de poésie.

Kepler 62 de Timo Parvela et Bjørn Sortland

Les 2 premiers tomes de ce récit de science-fiction nous entraînent dans un monde où les ressources naturelles ont pratiquement disparu. Kepler 62 est le jeu que tout le monde s’arrache, ceux qui réussiront à le finir obtiendront une mystérieuse récompense. Ari, Joni et Marie font partie des gagnants, ils se retrouvent sélectionnés pour une incroyable mission.

Kepler 62 est une très bonne introduction à la science-fiction pour les jeunes lecteurs (à partir de 9/10 ans), le texte n’est pas trop long et est accompagné de belles illustrations. L’histoire est bien menée et on a hâte de connaître la suite.